Articles

 

 
                 

 ↑  
Visites

 937782 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
 
 
                  
   GROSBEC  CASSE-NOYAUX
 
                                       (Coccothraustes coccothraustes)
 

 
Cet oiseau passe souvent inaperçu,timide et discret, en été il est caché par les feuilles et en hiver sa
prédilection pour les cimes des arbres élevés l'éloigne du sol.C'est davantage son cri bref qui permet
de le repérer.En hiver, il fréquente en nombre les distributeurs de graines de tournesol (la présence
simultanée d'une  vingtaine d'individus n'est pas chose rare) ; sa taille lui assure un comportement
dominant.
 
L'importance de la musculature du cou et de la tête, les proportions démesurées du bec à la structure
puissante en disent long sur la spécialisation de sa nourriture: il privilégie les amandes des noyaux.
Ainsi, la pulpe juteuse de la cerise ne l'intéresse pas.Il va accéder au noyau directement, une pression
des mandibules sépare les deux parties de la coque, qui sont rejetées, tandis que l'amande est avalée.
Des études montrent que la force d'écrasement,uniquement musculaire,sans appui extérieur, est de
l'ordre de 45 kgs (jusqu'à 72 kgs avec un noyau d'olive).
 
Ceci est possible grâce au volume et à l'ossification très poussée du crane -cinq fois plus lourd que
celui du Pinson-,au développement des muscles très tendineux et à l'étendue de leur surface d'insertion.
L'intéressent également les baies de prunellier,d'aubépine,de sorbier,de houx, de gui.....mais surtout
érables, frênes,charmes.GT_1_.jpg
 Offrande_du_mle_a_la_femelle_1.jpg 
 
                         Offrande du mâle à la femelle
 
 
 
Coccothraustes vient du grec kokkos= la graine et thrano=briser,broyer.En allemand c'est le Kernbeisser
 = mordeur de noyaux,en catalan il est le Bec de ferro= bec de fer.En anglais, il est le Hawfinch =le
 fringille des cenelles,fruits de l'aubépine(et du houx) qu'il consomme souvent.
 
En français, on l'a appelé aussi l'Eboutonneux  car il apprécie les boutons floraux au printemps.
 Pour Jean Nicot en 1606, il est le "Pinson royal", allusion à ses couleurs qui rappellent celles du Pinson
des arbres et à sa grande taille.
 
Le terme royal est utilisé - sans relation avec la royauté - selon trois critères (surtout en espagnol, italien
ou portugais):
 
- Oiseaux nommés royaux (Aigle royal) dans le sens du "vrai" par comparaison avec d'autres rapaces
 (bas latin realis=effectif,réel) et non en pensant à la puissance de l'oiseau et à celui qui l'incarne, le
monarque.(royal issu du latin regalis, du roi).La nomenclature européenne officielle ou populaire en
 compte dix-neuf tels Pic vert (Pito real -Esp),Oie cendrée (Oca reale - Ital. ou Pata real -Esp.)
 

Gros_bec_casse-noyaux_juvenile_mle.jpg


Grosbec casse-noyaux juvénile mâle
 
 
- Oiseaux nommés royaux dans le sens de "grande taille".(Goéland marin= King gull - GB; Hibou
 Grand-Duc=Gufo reale Ital. ou Bufo real Esp.).Il y en a sept.
 
- Oiseaux nommés royaux dans le sens "oiseaux remarquables par leurs coloris" (Pinson du nord
 Pinzon real - Esp. ou Eider à tête grise King Eider ou Martin-pêcheur Kingfischer -GB.Il y en a neuf.


Gros_bec_casse-noyaux_femelle.jpg
  Grosbec casse-noyaux juvénile femelle
 






                                  HUPPE FASCIÉE
                                         (Upupa epops)



 
Le nom de cet oiseau "Huppe fasciée" vient de sa huppe sur la tête, érectile sous l'effet d'une
émotion,lors d'un déplacement, d'une altercation..."fasciée" rappelle les rayures des ailes et de
la queue.
 
Du latin upupa, l'origine est l'onomatopée de son chant "houp - pou - pou" que l'on retrouve dans
la plupart des langues : hop (hollandais) - houpa (portugais) - puput (catalan) - upupa (italien) -
pupaza (roumain) - hudhud (perse) - pupukis (littton) - pupuvac (serbo-croate) - hoopoe (anglais) -
en allemand : wiedehopf est en relation avec wiede = le saule, en raison de l'installation fréquente
du nid de l'oiseau dans les trous des saules tétards dans la partie septentrionale de l'Europe.

 

HUPPE_1_.jpg
 
En français,on dit que la huppe "pupule"ou "pupule". A noter upupa  = pioche, pic ..allusion au bec
long et courbe de l'oiseau. Epops est le terme utilisé par Aristote pour désigner l'oiseau qui doit son    
nom à sa huppe. Une personne "huppée", qui porte une huppe, affiche qu'il est de haut rang.
 
Dans la tradition arabe, c'est un oiseau magique qui protège du mauvais oeil. Dans le Coran, il est
dit que l'oiseau a servi de messager entre le roi Salomon et la reine de Saba.

HUPPE_2.jpg
 
La tradition a utilisé le fait que les déjections des jeunes au nid ne sont pas évacuées, également
qu'en  cas de menace, les oisillons peuvent projeter avec précision leurs excréments liquides en
direction de l'intrus,pour lui donner des noms évocateurs : 
 
- sale huppe = sale hoppe (forme dialectale) = salope
- sale comme une huppe = femme peu soignée
- pour  les auteurs chrétiens, la huppe est "avis  spurcissima" = oiseau le plus immonde. Elle est
déclarée impure dans l'Ancien Testament, donc non consommable comme les vautours,les rapaces
diurmes,les corbeaux, les hiboux et les chouettes, l'Ibis, les pélicans, les cigognes, et les hérons.
 
 
H3.jpg

 
Cette mauvaise réputation se retrouve dans la plupart des langues européennes :
- français = coq merdeux (coq, à cause de la crête)
- anglais = stink bird (oiseau puant)
- espagnol = galo merdeiro
- italien = maia merda
- allemand = dreck kämer (épicier de la merde)
- en hollandais et en allemand on l'appelle aussi "valet du coucou" car son chant débute peu de
 temps avant celui du Coucou,comme s'il en annonçait l'arrivée imminente.
 
Peut-être, mais quel bel oiseau !
  







 
                                GRAND TÉTRAS
                                    (Tetrao urogallus)
 
 
  
 
 
A l'évocation de son nom, les ornithos qui ont un jour essayé de le voir, ont le
regard qui s'allume. Pour la plupart, sa recherche a été liée à un effort, à une
marche de nuit de quelques heures, souvent harassante, pour parvenir à une
"place de chant" avant le lever du soleil.

GT_1_.jpg


Ceux qui, apparemment plus chanceux, ont pu le croiser plus facilement n'ont-ils
pas été privés d'un souvenir fort ?
Paul Géroudet décrit à merveille sa "première fois" .
 
" ... c'était dans l'ombre indécise et glacée d'une fin avril. Entre les sombres
colonnes des sapins et les guirlandes verdâtres des lichens qui pendent à leurs
branches, la vieille neige ravinée luit faiblement dans la combe. C'est là qu'il
s'avance à pas solennels, la queue en roue et tête levée, rémoulant un étrange
bredouillis grinçant dans sa barbiche. Puis il saute en l'air et ses battements
lourds fracassent le silence de la forêt jurasienne. Il se raidit de nouveau dans
sa promenade rituelle, récite sa formule et se pavane encore, tandis qu'à
cropetons sous un abri de rameau, nous écarquillons les yeux, nous retenons
notre souffle ...."  

GT2_.jpgGT2_.jpg
 
              
Le Grand Tétras est de l'ordre des Galliformes = ressemble à un coq, qui regroupe
les familles des Tétraonidés (lagopède - tétras) et des Phasianidés (perdrix - francolin-- caille - faisan - tétraogalle).
"Tétraonidé" vient du grec tétraz ou tétriz, de tétrazo = glousser comme une poule
qui pond, du latin tétrao = coq de bruyère . A rapprocher du russe téterev , du
persan titirah qui pourrait évoquer son chant, chaque strophe du Grand Tétras
commençant par "tetelep, tetelep".
"Urogallus", du grec ouraz, oura = la queue, allusion à la queue pendant la parade.
Gallus = coq en latin.

GT3_.jpgGT3_.jpg
 
Il est aussi appelé Grand Coq de bruyère ce qui est uniquement justifié par une
comparaison avec le "Petit Coq de bruyère" (le Tétras Lyre) qui lui, était autrefois
répandu dans les forêts claires, les landes à bruyère des plaines et des collines.
 
En anglais, c'est "Capercaille" de caper = cabriole, entrechats, gambade qui
évoque les sauts effectués pendant la  période nuptiale.

GT4_.jpgGT4_.jpg
 
L'allemand propose "Auerhahn", hahn signifiant coq. Quant à auer il correspond
à l'idée d'un oiseau premier, primitif, authentique ... ainsi le boeuf sauvage d'Europe l'auroch s'appelle auer
 
 
En italien, c'est le "Gallocedrone" = coq des cèdres ; l'habitat évoqué correspond
aux grands conifères.           
 
  
Photos: 
© Michelle Gerner - Nicolas Rasson

 

Date de création : 07/01/2010 @ 23:47
Dernière modification : 31/07/2010 @ 15:17
Catégorie : - Etymologie
Page lue 17987 fois