Articles

 ↑  
Visites

 602682 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  

        CHRONIQUE_de_lARIEGE.jpg      

                
CHRONIQUE d’ARIÈGE
                
  

  RITUELS NUPTIAUX




Après avoir établi son territoire, le mâle doit se trouver une femelle et former un couple durable.Cela se fait au cours de cérémonies variées, le plus souvent complexes, que l'on appelle  les parades nuptiales; elles ont pour but d'attirer et de stimuler le conjoint. 
 
Dans un premier temps, le mâle cantonné chasse tous les oiseaux de son espèce pénétrant sur le territoire par des parades de menace, par son chant ou ses cris, si besoin, par un combat véritable.
 
Les femelles, attirées par les mâles, ne subissent que des attaques très modérées,elles errent sans se fixer et bientôt se trouvent admises sur le territoire des mâles qui tentent alors de les retenir en remplaçant toute agressivité par des comportements d'attraction.
 


  PETIT GRAVELOT - Détermination de l'emplacement du nid
 
Gravelot_1_.jpg

 
Le rôle du mâle est déterminant dans le choix de cet emplacement.
Dans un premier temps, il a donc marqué son territoire ; très excité, il a effectué des zig-zags au ras de l'eau ou du sol, battant lentement de ses ailes raidies,s'élevant de quelques mètres en chantant.A cette phase de vol avec chant, la femelle  ne participe pas; elle est passive au sol ou ailleurs.
 
 Gravelot_2_.jpg
 
Par contre, les intrus ayant été chassés, ce sont les ébauches de nids creusés ensemble qui vont rapprocher mâle et femelle.
Nous sommes restés trois heures en affût, face à une petite grève caillouteuse (environ 20 m2) au "Domaine des oiseaux" à Mazères en Ariège.
 
Gravelot_3_.jpg

Douze fois le mâle a procédé au même manège :
 
1)  Il vient en volant sur ce qui représente "le lieu des nids"

2)  Dès qu'il a touché le sol, le cou tendu, la poitrine touchant presque sable et gravier,il fait une quinzaine de foulées très rapides.
 
3)  Il s'arrête en un point, plante sa poitrine dans le sol et dresse son corps à la verticale
 
4) Il ouvre ses ailes latéralement de façon raide et met ses caudales en panache
 
5) Cinq fois, attirée par ce manège,la femelle est venue - elle se trouvait dans les alentours mais à plusieurs dizaines de mètres).
 Remarquez le cercle orbitaire de la femelle plus fin que celui du mâle.

Gravelot_4_.jpg 

6) la femelle, derrière lui, se glisse au dessous de la queue, descend dans le creux amorcé et continue à le façonner ; le mâle saisit alors quelques menues pierres et brindilles qu'il rejette vers elle.
 
Gravelot_5_.jpg
 
7) comme le montrent les différents angles de la prise de vue - puisque nous étions fixes par rapport à la scène - le mâle se place dans les ébauches de nids selon des orientations différentes
Gravelot_6_.jpg

 
8) Paul Géroudet indique que la cérémonie se répète bien des fois jusqu'à ce que la ponte du premier oeuf concrétise le choix du nid.
 
Pendant les trois heures nous n'avons pas observé d'accouplement.En raison du positionnement de la scène pratiquement au même endroit, il semblerait que le choix du lieu du nid soit proche sinon déjà effectué.
 
9) Mâle et femelle sont revenus au calme, ils vont côte à côte chercher leur nourriture dans l'eau
Gravelot_7_.jpg

Fichier-sons
 
Extraits du " COFFRET ORNITHO SITTELLE "-
 
Bibliographie
 
" La vie des oiseaux" de Jean Dorst - Ed.Rencontres - Lausanne
" Les limicoles" de Paul Géroudet - Ed. Delachaux & Niestlé




  ECHASSE BLANCHE - Vers l'accouplement
 

 
Les premières échasses arrivent sur notre continent vers début avril mais l'époque où se cantonnent les couples est très variable selon les années et les régions.
 
Les paires se forment aussitôt. A remarquer deux comportements opposés :- mâle et femelle peuvent rester de longs moments immobiles, côte à côte ...ils se nourrissent chacun un peu éloignés l'un de l'autre
puis reviennent, paisibles reprendre la position première,- des "réunions dansantes" regroupent les deux sexes en une dizaine de participants  vaguement disposés en cercle, fléchissant et tendant les jambes,voletant et bondissant sur place, s'envolant brusquement en criant et revenant au cercle animé.

Echasse_1_.jpg
 
Les accouplements se font à l'écart des assemblées.Mâle et femelle semblent paisibles cherchant leur nourriture près l'un de l'autre.
 
Echasse_2_.jpg
 
Comme le rapporte Paul Géroudet, en attribuant cette observation à Guriup au Portugal et à Hamilton en Californie, le mâle simule la couvaison juste avant l'accouplement ce qui va "déclencher la femelle".
   
 Echasse_3_.jpg

Celle-ci se rapproche et tous les deux piquent du bec en terre pendant un instant puis rejoignent l'eau où aura lieu l'accouplement. 
Les accouplements se font donc à l'écart des assemblées.La femelle se met en posture et par de petits cris brefs invite le mâle, qui est proche,à la rejoindre.
 
 
Accouplement_1-6_.jpg

Ce dernier accourt, s'avance successivement à droite puis à gauche de cette dernière,sabre vigoureusement de son bec par deux fois l'eau qui jaillit.puis brusquement par le coté saute sur elle, cherche son équilibre en repliant les jambes et en balançant les ailes ouvertes...il s'accroupit pour la féconder en quelques secondes.Cette phase a duré environ une dizaine de secondes.
______________
 
Maintenant, ce qui va suivre semble spécifique aux Echasses blanches, dans la mesure où, une fois l'acte réalisé, habituellement, les partenaires se séparent aussitôt, brusquement même.
Ce que nous avons vu, qui est évoqué dans les livres spécialisés, est différent.
  
Echasse_5_.jpg
 
Une fois descendu, et les pattes au sol, le mâle Echasse étend une aile sur la femelle, la serre contre lui, leurs becs se croisent. Ils restent ainsi pendant une quinzaine de secondes; c'est un temps long, manifestation d'un comportement volontaire.Ils peuvent se déplacer mais ils restent d'abord sérrés l'un contre l'autre puis ils s'éloignent très lentement les becs encore croisés pendant quatre à cinq secondes.
 
Echasse_6_.jpg
 
On ne peut s'empécher devant cette scène (vue deux fois identiques à une heure et demi d'intervalle) de faire une transposition  anthropomorphique avec la manifestation d'une certaine "tendresse" spécifique à l'espèce dont la tourterelle n'aurait pas l'exclusivité.
 
 
Bibliographie
 
"La vie des oiseaux" de Jean Dorst - Ed.Rencontres - Lausanne
" Les limicoles" de Paul Géroudet - Ed. Delachaux & Niestlé
 
 
                      André Boussard


 
 

 


Date de création : 17/04/2009 @ 14:18
Dernière modification : 16/11/2012 @ 08:23
Catégorie : - Chronique d'Ariège
Page lue 6591 fois