Articles

 

 
                 

 ↑  
Visites

 897425 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  

  

 BANDEAU__x__-__BANC__ARGUIN.jpg
 
             LE BANC D'ARGUIN
 
 Le Banc d'Arguin se situe au sud du Bassin d'Arcachon.Il se visite en même temps que le proche"Parc   ornitho du Teich" situé  au Nord-Est du Bassin. Il s'agit de bancs de sable qui, au gré des courants de     marée et des vents,changent continuellement de forme et se déplacent entre la pointe du Cap Ferretet la   dune du Pilat (plus grande dune d'Europe - 110 mètres de haut).
_________________________________________________________________________________________________________________
  Février 2021 :
 La Sépanso, gestionnaire de la Réserve, est autorisée à intervenir pour protéger la   nidification des Sternes caugek en empéchant la prédation sur  oeufs  et poussins par   goélands et Milans noirs.
 Ci-dessous :
                     Interview de Xavier Chevillot, Directeur de la Sépanso. 
                       * Pour comprendre l'inter action entre les espèces :

                               https://site.sepanso.org/RNN_Banc-Arguin

BA.jpg


 Avant d'envisager de s'y rendre, il est indispensable de se procurer auprès des campings,offices de   tourisme...le "GUIDE-HORAIRE des marées" de l'année.
 En effet, il faut y aborder avec devant soi de quatre à cinq heures disponibles.
 Le mieux est de prévoir de le faire environ deux heures après la haute mer 
pour rejoindre le "banc nord"   où sont le plus souvent les oiseaux (moins dérangés par les touristes) et le faire à pied sec ( prévoir 1   heure et demie  depuis le débarcadère face à la dune du Pilat en marche à pieds nus dans le sable)
 Le retour sera facilité avec le maximum de zones découvertes..
 Il est interdit  de pénétrer dans la "Zone de Protection Intégrale"qui se situe au nord sur les bancs du  et   Matoc (signalé par panneaux) où a lieu l'essentiel des nidifications.

 DSC_8471_BA_.jpg
 

 Le banc d'Arguin est un site de reproduction, un site d'hivernage et une halte migratoire.Il est toute   l'année d'un grand intérêt pour les ornithos  (variable selon  les saisons).

 Pour se rendre sur le Banc d'Arguin

 
 
                  1) Utilisez les services réguliers
 de l'Union des Bateliers Arcachonnais.(Actualisez ces données en 2021)
    
 -
        - depuis Arcachon                   
             En juin et du 1er au 6 juillet - en septembre les mercredi-samedi et                     dimanche du 7 juillet au 2 septembre, tous les jours.
  •       Départ 11 h.  - Retour 17 h 30     AR : 16€        
     - depuis la Dune du Pilat (Robinson Plage)
     
          Du 2 juillet au 2 septembre, tous les jours 
                                  Départs 11 h.  -  12 h 15  -  14 h  -  15 h  -
                                  Retours 12 h 30  -  14 h 15  -  15 h 15  -  16 h 15 -  17 h 
                                                AR: 6
                                                                            

    Renseignements préalables à l'Office de Tourisme : 05 57 52 97 97
     
     
                    
     
           2) Profitez des visites accompagnées ornithos de la SEPANSO
     
     
    "Les oiseaux nicheurs"      de 9 h 30 à 14 h. AR : 16€
    "Oiseaux en hivernage"         "               "     AR : 16 €
     
     SEPANSO :05 56 91 33 65      (Actualisez en 2021)
                      
                         
           RNArguin_1_-.gif          La vie sur la Réserve Naturelle

                                           Observations naturalistes

RN_Arguin_2__.jpg
Oiseaux nicheurs

Les premiers poussins d'Huîtrier pie son nés vers le 12 mai, il y a environ 20 couples cette année.
Les Gravelots à collier interrompu, sont plus timides; les premiers ont été trouvés le 17 mai seulement.
Les premières sternes se sont installées le 9 mai. Fin mai il y avait 1220 couples, et nous avons eu l'heureuse surprise de voir arriver 800 couples supplémentaires les 10 et 11 juin. Malgré tout, l'effectif reste en baisse  par
rapport aux 4.000 couples habituels.

 RN_Arguin_3_.jpg RN_Arguin_4_.jpg RN_Arguin_5_.jpg
RN_Arguin_6_.jpg
Oiseaux migrateurs

Mai est la saison des grands migrateurs, Bécasseaux maubèches, Barges rousses et autres Gravelot, arrivent tout droit d'Afrique, et font une halte chez nous avant de continuer vers la toundra arctique pour y nicher.

RN_Arguin_7_.jpgbecasseau_sanderling4_11-05-06.jpgsterne_caugek7_21-03-06.jpg
RN_Arguin_10.jpg
Nettoyage de la Réserve

Le 26 avril, comme tous les ans, en association avec la mairie de la Teste de Buch, l'Union des Bateliers d'Arcachon et les ostréiculteurs, a eu lieu un ramassage sélectifs des déchets échoués sur la plage : 30 bénévoles d'associations de la Teste nous ont efficacement aidés a nettoyer le banc 

 Un estivant inhabituel.

Depuis le 10 juin, un jeune phoque veau marin, apparemment en parfaite santé, a choisi de séjourner sur la réserve naturelle.

RN_Arguin_11.jpg
RN_Arguin_14.jpgRN_Arguin_12.jpgRN_Arguin_13.jpg

RN_Arguin_Gd_15_.jpg

             Huîtrier pie

 L'Huîtrier pie qui était encore un hivernant rare, en France, au début du siècle   dernier, peut se rencontrer sur l'ensemble du linéaire côtier atlantique (Baie de   Somme, Baie de Seine...).En Aquitaine il s'observe principalement sur le   Banc d'Arguin et dans l'estuaire de la Gironde. L'Huîtrier consomme en   grande partie des mollusques bivalves, comme la coque et la moule.

Dans le Sud-Ouest Nature n° 126, un bilan de l'état de santé de la Réserve est établi. Créée il y a 33 ans, la Réserve Naturelle a rencontré bien des obstacles. Cet article est disponible en ligne, cliquez sur le lien suivant :
"Le Banc d'Arguin : Une Réserve Naturelle menacée?".

 
 La Réserve naturelle est gérée par la SEPANSO (Fédération des Sociétés pour   l'Etude,la Protection et l'Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest) -   1,rue de Tauzia -33800 Bordeaux -
           
                Tel 05 56 91 33 65 - e-mail sepanso.fed@wanadoo.fr .
 
 
DSC_8375_SCK.jpg
 
 Les Sternes caugek sont des oiseaux très sociaux. Au Banc d'Arguin, la   présence se manifeste par des regroupements souvent serrés  (10 nids au   m2). Actuellement, en plein été, s'y trouvent environ 2000 couples - en baisse   par rapport aux 4000 habituels.
 
DSC_8088_SCK.jpg
 
 Des concentrations régulières nettement plus importantes se retrouvent aux   Pays Bas : tels les 20 à 25.000 couples sur l'ile de Griend et 10 à 15.000 sur
 Téxel
 
 DSC_8333_-SCK_-__.jpg
 
 Les sternes caugek sont actuellement en mue; habituellement sa calotte est   noire prolongée en courte huppe à la nuque....depuis août, le front devient   blanc et la calotte noire se tache de blanc; la mue sera terminée en décembre.
 
  J'ai eu l'occasion de faire des photos sur deux regroupements d'une  
 quarantaine d'individus dont environ un tiers de jeunes.L'adulte qui rejoint le 
 groupe , un poisson unique en travers du bec s'annonce de loin par un cri
 "Kirruk...Kirruk...Kirruk..." strident.
 DSC_7968_SCK.jpg

 Deux fois, j'ai vu le jeune "concerné" agiter les ailes et tendre le cou vers le   ciel jusqu'à l'arrivée de l'adulte.
 

DSC_8233-_SCK_.jpg
  Les groupes étaient plutôt immobiles, tournés face au vent; de temps en     plusieurs sternes  se mettaient à tourner, excitées, et se livraient à des
 cérémonies de menaces et de parades, sans attaques ou agressivité aboutie... 
 considéré comme satisfaisant par rapport aux années précédentes proches;  ceux qui assurent les suivis disent ne pas avoir à déplorer de prédations, en   particulier de la part des Goélands et des Milans noirs..
 
  Si un arrivage tardif a porté à 3000 couples la colonie de cette année,
  il n'en demeure pas moins qu'au cours des dernières décennies, alors
 que 80/90 % des couples couvaient deux oeufs, la tendance est inversée, un
 seul poussin devenant majoritairement la règle.
 DSC_8184_SCK.jpg
 Le manque de nourriture est évoqué; ces mêmes lançons qui  avec les
 sardines et les petits harengs (5 à 15 cms  -  7 à 23 grs) sont les 2/3 de
 la nourriture des sternes, cette année sont signalés comme ayant fui
 les eaux qui se réchauffent (exemple : échec des nidifications des
 Sternes arctiques, au nord de l'Ecosse -Orcades- et ailleurs).
 
 
                D'où vient le nom de "caugek" ?
 
 Les cris de l'oiseau sont transcrits par "Kirrek", "Kerrek", "Kirruk",
 et quand on sait qu'en hollandais les "g" se prononce "r".on comprend
 pourquoi l'ornithologue hollandais Temmink lui donna ce nom qui sur
 l'ile de Texel permet de désigner cet oiseau.

 
DSC_8196.jpg

 

  Le nom scientifique "Sterna sanvicensis" vient de l'islandais "Tern"
  (adopté aujourd'hui par les anglais, danois, suédois) à rattacher à une racine
 "qui indique un bruit" (voir étourneau - éternuer-.). et la latinisation de la ville   de Sandwich ,dans le Kent où résidait J.Latham qui lui a donné son nom.
 
  DSC_8091.jpg
 
 Parmi les hôtes que l'on trouve volontiers au milieu des colonies de sternes
 caugek, quand elles sont proches des rivages ou des étendues d'eau lors
 des marées, les Bécasseaux sanderling si rapides à se saisir de proies
 minuscules. Sand = sable .
 
 Le nom scientifique est "calidris alba". L'origine est la même que celle
 de l'alouette (grec: kalandros)  albus en latin = blanc. Certains bécasseaux
 sont d'ailleurs appelés "alouettes de mer".
 
  La Sterne caugeck est certes l'occupant principal mais il y a d'autres nicheurs
  réguliers, dont le
                     
                         GRAVELOT A COLLIER INTERROMPU
 
 
 GcI.jpg
 
  Il faut savoir que cet oiseau est plus confiné que Grand et Petit gravelot aux
 régions maritimes car  les terrains imprégnés de sel semblent lui convenir.
 Cette préférence exclusive est confirmée par l'existence d'une population   nicheuse sur certaines steppes semées d'étangs saumâtres de la plaine  de   Hongrie.
 
DSC_7653.jpg

 Dans les marais salants, le long des vastes plages et sur les "sansouires" de   Camargue, c'est un des limicoles les plus présents. Il se reconnait à ses pattes
 noires et à ses cris caractéristiques 'trétrétrétirr....pitt...pitt" répétés en série
 et suivis d'une trille rapide.
 
 Sur les dunes et les grèves, sur la vase ou l'argile craquelée des steppes à   salicornes, les trois oeufs paraissent souvent abandonnés à l'ardeur du soleil,
 même à demi enfouis dans le sable chaud.Les oiseaux ne sont pas loin  et la   couvaison reprend dès que l'horizon est libre d'intrus.
 
 Arrivé au Banc d'Arguin vers la mi-mai, ce gravelot va repartir entre   septembre et novembre, hivernant du sud de l'Europe à l'Afrique tropicale.
 
 DSC_7652.jpg
 
                                              

                                            HUÎTRIER PIE    
                              
HP.jpg

 
 Un hôte nicheur régulier du Banc d'Arguin est l'Huîtrier pie Haematopus   ostralegus).
 
 La vingtaine de couples présente a commencé la nidification vers mi-avril.
 Trois oeufs jaunâtres tachetés de brun,noir et gris ont été incubés dans le
 sable  pendant 24 à 28 jours, les deux adultes s'en chargeant alternativement.
                                              HP__nid.jpg
 
 L'adulte en nuptial a le cou entièrement noir; en hiver, de même que les jeunes   de première année, il va porter un croissant blanc à la gorge. 
 
 Malgré son nom, cet oiseau s'attaque guère aux huitres sinon aux toutes   jeunes.
 De son bec robuste, par contre, il sait ouvrir et déguster la plupart des
 mollusques bi-valves, les moules et les coques en particulier.
 
 Il appartient à la famille des Hématopodidés (l'origine est du grec aima sang,
 liquide rouge et pous les pieds, deux mots qui insistent sur le caractère rouge
 vif des pattes.
"Ostralegus" du grec ostreon (l'huître) et légo (ramasser).En Bretagne, sa
couleur blanche et noire le fait appeler "pie de mer".
 
 
 En France, la population est estimée à environ 600 couples dont 530 en
 Bretagne et 40 couples en Camargue...comparée à cclle des Iles britanniques
 qui représente environ 30.000  ! ! !
 
                                     BECASSEAU MAUBÈCHE
 
  
 L'un des migrateurs du Banc d'Arguin : le Bécasseau maubèche (Calidris   canutus).Il vient des terres les plus arctiques, tout autour du pôle nord -entre   75° et 82°Nord, de l'extrème nord du Groenland, via l'Islande et les Iles   britanniques.
 DSC_8452.jpg
 De corpulence et taille plus importantes que celles des autre bécasseaux, il est   le seul, avec le Bécasseau cocorli, à présenter en nuptial, une poitrine brun-     roux, les deux adoptant un plumage uniformément gris en intermédiaire.
 Le bécasseau maubèche hiverne sur les plages à vasières d'Europe et d'Afrique
 occidentale.
 
  L'esprit grégaire de cette espèce permet d'observer des regroupements   importants sur des vasières éxondées. Ils ne sont pas friands de vers mais  se
 spécialisent plutôt sur les petits mollusques, bivalves, gastéropodes, jeunes      moules et tellines. Ces proies inférieures à 6 m/m et atteignant au plus 14 m/m  sont ingérées entières et les coquilles broyées dans le gésier.
 
 
 Il est l'une des 19 espèces de "Calidris" (origine grecque : kalandros -   l'alouette-, certains bécasseaux sont encore appelés "alouette de mer".)
 "Canutus"évoque en latin la couleur blanc-argenté de leur tenue d'hiver. Le
  terme"maubèche"aurait une origine de Saintonge dérivée du bas latin "malus
  baccus" (mauvais bec) dans la mesure où un bec court est moins efficace
  qu'un long.
 
  Celui de la photo était seul et peu farouche (ce qui n'est pas le cas lorsqu'ils     sont en groupes).
 
 
DSC_8315.jpg
 
 
  Pendant qu'il était affairé à sa recherche de nourriture, une Sterne caugek       adulte bruyante est passée un poisson en travers du bec.
 
 André Boussard
 

 


Date de création : 10/04/2009 @ 23:28
Dernière modification : 13/08/2013 @ 22:40
Catégorie : - Passionnés de voyages - Où voir les Oiseaux ? Comptes-rendus sur site
Page lue 13598 fois