Articles

 ↑  
Visites

 712973 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  

DELTA_du_Danube_-Monastere.jpg

                DELTA du DANUBE 2010

                                   par   Michèle Bobenriether et André Jay

                                            Photos d'Alain  Jouffray

                                          (du 11 juin au 22 juin 2010)           

          

                          EN COURS - PHOTOS A INSTALLER                                                                                             

 

Dans ce troisième groupe des voyages de Français proposés par OiseauxEthologie
nous étions huit personnes (cinq venues d'Alsace, une de Montpellier et deux de la région parisienne ) .Pratiquement tout le monde a fait des photos mais il n'y avait qu'une seule longue-vue.
 
DISPOSITIONS PRATIQUES :
 
Durant ce séjour, nous avons été pris en charge par notre guide depuis notre arrivée à l’aéroport jusqu’au départ à l’aéroport. Nous n’avons eu à nous occuper de rien. Tout était organisé et minuté précisément.
Il a été inutile de faire du change à l’aéroport en arrivant, notre guide nous le faisant au fur et à mesure de nos besoins (relativement limités : quelques cartes postales à Sulina, et quelques bières ou boissons lors de nos étapes (l’eau nous était fournie par que ce soit sur le bateau ou dans le minibus).
Nous sommes restés sept jours sur le bateau dans le delta, puis avons utilisé pendant trois jours un minibus pour explorer les zones externes du delta.
Les nuits étaient passées dans des pensions rénovées récemment (pas toujours de façon très solide au niveau de la plomberie).
Les repas de midi étaient pris sur le bateau à midi, et le soir dans les pensions ou des restaurants.
 
Nous avons eu quelques moustiques au moment de la tombée du jour, mais rien
d’extraordinaire.
 
J1 - VENDREDI 11 JUIN : VOYAGE ALLER :
 
L’après-midi se passe surtout à attendre, étant donné que tout le monde n'arrive pas par le même avion à Bucarest . La température est caniculaire
Une fois tout le monde arrivé, nous prenons la route en minibus vers 18 heures en direction de l'est .Des deux côtés de la route s'étendent de magnifiques champs de céréales et nous apercevons çà et là nos premières Corneilles mantelées.
 
Vers 23 heures,nous arrivons enfin à la Pension Melisa à Tulcea, la grande ville portuaire aux portes du delta du Danube .Nous y sommes accueillis chaleureusement
par notre guide qui nous présente notre itinéraire pendant que nous nous restaurons.
 
 
J2 -SAMEDI 12 JUIN 2010 : DE TULCEA A SAINT GEORGES
 
Il fait toujours chaud et nous nous levons tôt. Dans le parc municipal voisin, nous observons Choucas des tours, Corneilles mantelées, Tourterelles turques et Moineaux domestiques.
 
Vers 9 heures, nous prenons deux taxis qui nous amènent au port où nous embarquons sur le bateau que nous utiliserons toute la semaine. Nous progressons sur le canal Litcov, traversons deux lacs et arrivons en fin d'après-midi à Saint-Georges, le pittoresque petit port à l'extrémité sud-est du delta, tout près de la Mer Noire. Il fait toujours très chaud mais la brise fluviale et surtout la présence des oiseaux sont les bienvenues !
Ce premier contact est un festival, mais nous avons du mal à tout voir car les oiseaux décollent à l’improviste sur notre passage, et nous ne sommes pas encore suffisamment accoutumés au milieu pour pouvoir les pressentir.
 
Parmi les "vedettes" du jour, les deux espèces de Pélicans que nous pouvons comparer de près au vol (blanc à droite, frisé à gauche), les Hérons pourprés, les élégants Ibis falcinelles, les Crabiers chevelus, les Bihoreaux gris,les Cormorans pygmés, les
Loriots d’Europe, les Rolliers d’Europe, que certains d'entre nous découvrent pour la première fois, mais aussi notre premier Pygargue à queue blanche haut dans le ciel.
 
Les grands arbres et quelques roselières constituent l'essentiel du paysage où toutes ces espèces évoluent
 
 
J3 -DIMANCHE 13 JUIN : AUTOUR DE SAINT GEORGES
 
Après le petit-déjeuner, notre bateau se dirige vers la Mer Noire pour se poster à la limite de la réserve, et nous revoyons avec plaisir les Pélicans blancs et les Pélicans frisés (moins communs et toujours solitaires).
 
Malheureusement, plusieurs barques s'avancent trop loin vers les oiseaux et les éloignent en direction du large, au-delà de ce que nous aurions souhaité. Cependant, nous avons eu le plaisir de les voir pêcher en groupe, plongeant en même temps leur bec dans l'eau de manière cocasse.
 
Au retour, les roselières nous offrent l'occasion de bien observer de magnifiques
Panures à moustaches juvéniles, des Busards des roseaux, des Grands cormorans qui passent en escadrille ou qui décollent avec des gerbes d'eau quand le bateau se rapproche d'eux (nous en verrons tout le temps après!) et plusieurs Faucons
hobereaux.
 
Au repas de midi, Nadia, notre sympathique cuisinière nous régale de feuilles de vigne farcies.
L'après-midi, après un bref retour à la pension Lucia, nous nous promenons sur une plage près du confluent du Danube et de la Mer Noire et deux d'entre nous se baignent. Nous rentrons en traversant un paysage sableux puis marécageux. Les Grenouilles à ventre rouge (Bombina bombina) chantent un peu partout.
 
Nous avons pu observer des Sternes caugeks,une Grande aigrette en train de pécher, des Pélicans blancs, une Pie-grièche écorcheur,des Moineaux friquets, une Huppe fasciée. Le soir, dans le jardin de la pension, nous observons également plusieurs Grenouilles rieuses (Rana ridibunda).
 
J4 - LUNDI 14 JUIN 2010 : DE SAINT GEORGES A SULINA
 
Vers 9 heures, nous partons nous promener sur les bords du Danube.
Dans les saules, nous commençons par entendre distinctement le chant d'un Bruant zizi qui reste invisible. Plus loin, sur un plan d'eau peu profond, nous observons trois Crabiers chevelus, quelques Hérons cendrés et pourprés  ainsi qu'une  une dizaine de Pélicans blancs en vol.
 
Quelques centaines de mètres plus loin, nous découvrons face à nous, sur l'autre rive, une berge argileuse d'environ 5 à 6 mètres de hauteur. Elle abrite des nids de Guêpiers
d’Europe dont nous n'observons qu'un petit nombre, virevoltant et se posant dans les arbres voisins ou à l'entrée des cavités dans lesquelles ils nichent probablement.
 
Un peu avant midi, nous quittons Saint-Georges et reprenons le bateau qui progresse d'abord sur le Bras Saint-Georges du Danube et ensuite oblique vers le Nord par un canal qui va nous mener jusqu'à Sulina, petit port à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne.
Durant toute cette journée, nous n'aurons pas trop de deux yeux pour observer!!!
Parmi les espèces vues de nombreuses fois, les Corneilles mantelées postées sur des pylônes électriques, des Grands cormorans (plusieurs dizaines) ainsi que quelques Cigognes blanches. Le Coucou gris est aussi présent. Nous en verrons au moins cinq, chacun étant vu presque à chaque fois perché sur un fil électrique, tout comme les
Rolliers d'Europe et Guêpiers d'Europe.
 
Mais d'autres découvertes nous attendent ! Un Blongios nain, puis un Butor étoilé juvénile passent devant le bateau et seule la photo faite au moment de son passage
permet d’identifier ce dernier un peu plus tard.
Il n'est pas le seul à effectuer la traversée devant le bateau : nous avons aussi droit à celle d'une vache et quelques jours plus tard celle d’un sanglier, les deux en l'occurrence fort bons nageurs, mais incontestablement moins que des couleuvres vues
plusieurs fois se glisser subreptricement dans l'eau..

 

 
Quant aux rapaces, ils ne sont pas en reste. Un Pygargue à queue blanche adulte plane, haut dans l'azur, mais bien reconnaissable. Un Busard des roseaux posé à une quinzaine de mètres de nous se laisse surprendre par deux ou trois  photographes vifs comme l'éclair avant de décamper prestement. 
 
Impossible aussi d'oublier ces Faucons hobereaux avec leur culotte rouge, qui étaient posés sur les pylônes, côtoyant Corneilles mantelées et Grands cormorans.
 
S'agissant du Faucon kobez, nous avons la chance d'en découvrir un couple dans de grands arbres un peu avant Sulina. Ils sont en vol, très actifs, sans doute en chasse, puis reviennent se poser. Nous avons alors tout loisir d'admirer leur magnifique plumage contrasté : tons dominants clairs chez la femelle contrastant avec l'apparence plus sombre du mâle.
 
Sans vouloir être exhaustif, on ne peut passer sous silence l'observation d'une troupe d'environ cinquante Barges à queue noire s'alimentant sur une lagune, magnifique spectacle.
Pendant toute cette journée, nous voyons des paysages de pâturages, plus ou moins inondés, qui alternent avec d'immenses roselières. La reine de ces roselières, c'est bien sûr, l'incroyable Rousserole turdoïde faisant entendre son "chant" râpeux, juchée au sommet d'un phragmite.
 
En fin d'après-midi, nous voilà à Sulina, petit port en crise qui s'essaye au tourisme. Nous nous installons dans une pension qui vient d'ouvrir et, après un petit tour sur le "paseo", nous dînons sur le bateau.
 
J5 -MARDI 15 JUIN 2010: DE SULINA A CARAORMAN
 
Après le petit déjeuner pris sur le bateau, nous allons visiter l'église orthodoxe située sur l'avenue principale, près du port. Nous marchons ensuite jusqu'au cimetière international où sont enterrés de nombreux étrangers, notamment des marins. L'endroit est livré à la nature et les fleurs sauvages s'y épanouissent en toute liberté.
 
A proximité du cimetière, René, "l’oeil de lynx" de notre groupe repère de loin une Chevêche d'Athéna, impassible sur sa branche malgré le soleil.Sur le chemin du retour vers la ville, plusieurs membres du groupe visitent l'ancien phare de Sulina, aujourd'hui à plusieurs kilomètres de la mer à cause des alluvions charriées par le Danube. Selon
Wikipédia, ce phare "marque le point 0 du Danube à partir duquel sont comptées les distances sur le fleuve vers l'amont".
 
A la mi-journée, après avoir quitté la pension Plutto, nous entamons une longue navigation sur le Canal central ( Bratul Sulina) puis nous descendons vers le sud et débarquons dans le petit village de Caraorman ( la forêt noire en turc).
 
Cet après-midi nous a permis de retrouver les échassiers déjà vus, avec une mention particulière pour les Ibis falcinelles qui se taillent la part du lion. Les Bihoreaux gris,
Hérons cendrés et pourprés restent bien présents ainsi que les Vanneaux huppés. A
remarquer la présence d'un Huîtrier pie isolé, et, juste avant notre arrivée, d'un
groupe d'une quinzaine de Spatules blanches, de quelques Avocettes élégantes et Echasses blanches.
 
Caraorman est un village où Ceaucescu a juste eu le temps d'inaugurer un centre de prospective minière avant d’être renversé et exécuté (décembre 1989). Depuis, rien n'a"bougé"! Les bâtiments sont en ruine et abritent pour le moment des ânes, des
chiens et des chevaux. Malgré cet environnement un peu délabré mais pittoresque, nous
sommes très bien accueillis dans une pension bien tenue et confortable où un excellent dîner nous est servi. La fin de soirée se passe pour les uns à observer les couples de Cigognes blanches sur leurs nids dans le village et pour les autres à regarder un match de la Coupe du Monde de football à la télévision.
 
J6 - MERCREDI 16 JUIN 2010 : DE CARAORMAN A MILA 23
 
Avant le petit déjeuner,plusieurs d'entre nous se rendent à proximité d'une petite lagune
tout près de la pension. Il fait assez beau. Nous admirons deux Avocettes élégantes et leurs poussins ainsi que des Echasses blanches également avec leurs jeunes.
 
Ces dernières,irritées par notre présence, volent inlassablement autour de nous en criaillant alors que les Avocettes restent calmement au sol en émettant de petits cris agréables.
Après le petit déjeuner; notre guide  emmène notre groupe en promenade autour du village. Sur des étangs, nous apercevons au loin plusieurs Glaréoles à collier, élégants oiseaux que plusieurs d'entre nous découvrent aujourd'hui!
 
Pendant ce temps, de nombreux Vanneaux huppés et plusieurs Echasses blanches alarment en tournant au-dessus de nos têtes. Nous terminons la promenade en longeant les palissades de maisons en bois habitées par des familles d'origine russe. Personne en vue, sauf une vieille paysanne en fichu blanc qui nous observe avec attention et se déride dès que nous la saluons.
 
En revenant vers notre pension Andréa Maria, belle observation d'une Huppe fasciée dans un jardin.Vers 11 heures, nous quittons Caraorman en direction de Mila 23, au nord-ouest. En début d'après-midi, nous visitons le Centre de documentation sur le Danube, tout à fait intéressant par ses multiples documents sur la flore et la faune.
 
Hormis la présence des habituels échassiers déjà cités, ce sont les Grèbes et les Canards qui attirent notre attention aujourd'hui. En effet, deux couples de Grèbes jougris en plumage nuptial et avec leurs jeunes se laissent admirer, quoique d'un peu loin. Les Canards sont également au rendez-vous : Canards colverts, Sarcelles d'été (2), Fuligules milouins.
En début de soirée, nous arrivons à Mila 23 et nous nous installons à la pension Inca. La nuit, nous sommes réveillés par un violent orage.
 
J7 -JEUDI 17 juin 2010 - AUTOUR DE MILA 23
 
Le matin, nous partons en direction du nord en empruntant un canal assez étroit favorable à des investigations assez près des roseaux. Nous avons la chance de nous
approcher d'une petite troupe de Panures à moustaches juvéniles qui s'agitent dans les
roseaux et dont les couleurs vives nous surprennent.
La journée réserve d'autres surprises. Nous observons un magnifique Faucon hobereau posé puis un couple de Faucons kobez qui a élu domicile au milieu d'une colonie de
.......Corbeaux freux ! Etrange association ! On nous explique que les faucons ne construisent pas leurs nids eux-mêmes mais squattent ceux des Corbeaux freux.
 
Aujourd'hui encore, des familles de Grèbes jougris et de Grèbes huppés glissent devant nous au fil de l'eau et, cette fois, les Canards sont deux Fuligules Nyroca qui
s'envolent à vive allure à notre approche. Tout aussi agités et farouches, les Loriots
d'Europe et les Pics cendrés s'enfuyant à notre passage.
Enfin, Grands cormorans, Cormorans pygméesBusards des roseaux et Corneilles mantelées ne manquent pas tout au long du trajet.
 
Dans l'après-midi, pendant la traversée du Lac Dracul (= le Diable en roumain, Lac Babina en russe ), nous nous échouons un moment dans les roseaux mais réussissons à repartir. En fin d'après- midi, nous arrivons au monastère Schitul Sainte-Anastasia
dont nous visitons la chapelle datant d'après la Deuxième Guerre Mondiale puis nous rejoignons notre pension à Mila 23.
 
J8 -VENDREDI 18 JUIN - DE MILA 23 A TULCEA
 
Nous quittons la pension Inca à Mila 23 vers 9h du matin et amorçons lentement le chemin du retour vers Tulcea. Il fait beau mais rien d'étouffant grâce à une brise agréable.
Bientôt, nous observons à nouveau plusieurs Grèbes jougris, un Rollier d’Europe posé bien vu de face, pas du tout effrayé, et qui paraît encore plus bleu dans l'azur.
Plusieurs Martins–pêcheurs d’Europe se montrent aussi, là où les rives se prêtent
à l'installation de nids.Et encore et toujours, fidèles au rendezvous, de nombreux
Crabiers chevelus (dont certains adultes nuptiaux avec le bec bien bleu et les pattes rouges), Ibis falcinelles, plusieurs Bihoreaux gris, Aigrettes garzettes et Grandes aigettes.
 
Des Guifettes moustacs apparaissent aussi à plusieurs reprises, "slalomant" autour du bateau et piquant à la surface de l'eau pour se nourrir. On aperçoit aussi quelques Chevaliers culblanc, en migration.Un peu avant d'arriver à Tulcea, alors que le canal
commence à s'élargir de plus en plus, nous apercevons une biche postée sur la rive derrière de hautes herbes, à la lisière de la forêt que longe le canal. Elle reste à nous observer et nous lui rendons la pareille.
 
Vers 17h, nous sommes de retour à Tulcea et à la pension Melissa. Nous disons au revoir au bateau et surtout à Nadia que nous remercions pour sa très bonne cuisine et sa gentillesse.
 
J9 -SAMEDI 19 JUIN- DE TULCEA A MURIGHIOL
 
C'est notre première journée d'excursion en minibus et nous partons pour la journée en
direction du sud-est, longeant à quelque distance, souvent en la surplombant, la rive droite du Bras Saint-Georges du Danube.
 
Nous descendons d'abord jusqu'au village de Mahmoudia où nous nous arrêtons pour
manger vers 13 h 15.La matinée s'avère riche en découvertes. Depuis la route, nous observons successivement Guêpiers d'Europe et Rolliers d'Europe ainsi qu'une femelle de Faucon crécerelle sur son nid avec des jeunes.
 
Dans le même type d'endroit sec d'allure steppique, nous rencontrons aussi un peu
plus tard toute une famille de Traquets motteux, des Linottes mélodieuses et une Pie-grièche écorcheur. Un Souslik est même aperçu très brièvement par plusieurs d'entre nous mais "replonge" immédiatement dans son terrier ! Très haut dans le ciel, autre surprise, et nouveauté pour presque tout le monde, un Aigle criard plane.
 
Après le repas, nous nous arrêtons à proximité du Lac de Murighiol, près d'une lagune protégée. Nous y observons une colonie de Mouettes rieuses sur leurs nids ou hors du nid avec leurs jeunes. Deux splendides Mouettes mélanocéphales en plumage nuptial (capuchon noir et bec rouge sang ) sont posées près des Mouettes rieuses.
 
Des Echasses blanches et des Sternes pierregarin couvent aussi. Sur l’eau nous pouvons également observer un Grèbe à cou noir en plumage nuptial.Sur le chemin du retour vers Tulcea, plusieurs arrêts nous permettent d'observer d'autres espèces. Ainsi, nous découvrons plusieurs Moineaux espagnols dont les nids sont installés à la
base d'un nid de Cigognes blanches.Le mâle est bien reconnaissable à ses flancs striés de noir, à ses joues blanchâtres et à son étroit sourcil blanc.
 
Plus loin, sur une lagune, nous repérons un Tadorne de Belon et un Tadorne casarca aux couleurs éclatantes.
Présents aussi lors d'autres arrêts, le
Cochevis huppé, la Pie-grièche à poitrine rose (une rareté en France, ici oiseau assez commun) et la Pie- grièche écorcheur. La plus belle surprise du jour, nous la devons à Mihaï à la fin de cette journée.
Alors que nous roulons, nous entendons un petit cri provenant d'un arbuste au bord de la route. Mihaï arrête brusquement le véhicule et se dirige droit vers le tronc de l'arbre. En écartant les branches, il nous fait découvrir, chacun à notre tour, un  Pic syriaque juvénile littéralement tétanisé, "collé"contre le tronc. Ce sosie du Pic épeiche, selon l'expression de Paul Géroudet, espérait évidemment passer inaperçu.
 
J10 - DIMANCHE 20 JUIN - DE TULCEA A VADU
 
A Tulcea, nous prenons la route du sud afin d'observer les oiseaux aux abords des lacs
contigus à la Mer Noire.
Nous passons à Babadag, village où vit une importante communauté d'origine turque qui a sa mosquée de style ottoman. Babadag, c'est aussi la capitale des Roms du Nord de la Dobroudja dont nous dépassons au passage les villas des plus aisés.
En continuant notre route vers le sud, nous distinguons à plusieurs reprises des tumulus d'origine scythe dans les champs. Ils contenaient les sépultures de princes scythes enterrés avec leurs chevaux.
Nous nous arrêtons à proximité du lac d'Istria d'abord pour observer une grande colonie de Sternes pierregarins, mais pas trace des Sternes naines dont Mihaï espérait la présence. Par contre, nous avons le plaisir de voir des Bergeronnettes printanières;
double joie puisqu'il y a les deux sous-espèces locales, dombrowskii (à droite) et feldegg .(à gauche)
 
En continuant notre route, déception ! C'est dimanche et la plage où Mihaï pensait nous
emmener "prospecter" est occupée par les baigneurs du week-end. Nous rebroussons donc chemin et allons manger dans un bar- épicerie d'Istria.
 
Dans l'après-midi, du bord de la route, nous observons pour la seconde fois des Glaréoles à collier. A un autre endroit, sec et buissonneux, certains d'entre nous revoient une Pie-grièche à poitrine rose et observent des Bruants proyers.
 
Nous terminons la journée par un arrêt dans la forêt de Babadag où nous n'observons pas d'oiseaux mais entendons des bruits continus d'insectes provenant de la cime des arbres. Ces insectes sont peut-être de la même espèce que les nombreuses larves que nous découvrons contre des troncs. Parfois il n'y a plus que des mues.
 
J11 -LUNDI 21 JUIN - DE TULCEA AUX MONTS MACIN
 
Pour cette dernière journée, Mihaî est remplacé par Alexandre, un de ses amis guide (seulement) anglophone qui nous emmène dans les Monts Macin, à l'ouest de Tulcea.
 
Ce sont des formations rocheuses très anciennes d'origine hercynienne et qui ne dépassent pas 500 mètres. En cours de route, nous observons deux rapaces en vol pas encore vus pendant ce voyage, la Buse féroce et l'Aigle botté. Deux Bruants ortolans et plusieurs Pies-grièches à poitrine rose et écorcheurs se laissent également voir le long de la route.
 
Dans ce paysage de steppe, nous sommes ravis de bien voir les Sousliks qui vont et viennent autour de leurs terriers. Ils ont pour voisins un Traquet isabelle, qui se tient
bien droit, peu farouche, occupé à nourrir sa nichée. Une incursion dans la forêt de Macin va nous faire rencontrer, à notre grande surprise, l'Oedicnème criard.
Rencontre étrange ici car cet oiseau se trouve sous un couvert forestier, ce qui
est inhabituel pour cette espèce.
 
proximité du bus, un beau papillon attire notre attention, c'est un Tabac d'Espagne.
Après le repas pris dans un restaurant à proximité du bourg de Macin, nous repartons pour une petite ascension dans la montagne. Mais, alors que nous observons une femelle de Loriot d'Europe posée à bonne distance, et de nouveau une Buse féroce, l'orage éclate et nous rejoignons notre minibus en vitesse.
 
Nous finissons notre excursion par la visite du monastère de moniales Ceci Dere. Le soir, ce sont les adieux à Mihaï et Alexandre dans un restaurant du port à Tulcea. En
rentrant à pied à la pension Melissa, nous faisons une observation inattendue : sur un trottoir se promène un gros Crapeau vert, espèce rarissime en France.
 
                                                                              Ainsi s'achève notre voyage.
Le lendemain, mardi 22 juin, nous regagnons tous la France.Tout s'est bien passé et nous avons fait un séjour passionnant.Un seul petit regret : l'orage sur les Monts Macin nous a sans doute fait manquer un certain nombre d'observations.
 
                                                   
                                                         Texte André Jay et Michèle Bobenriether
                                                                                        Photos Alain Jouffray

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 21/07/2014 @ 20:19
Dernière modification : 13/08/2014 @ 12:51
Catégorie : - Passionnés de voyages - Où voir les Oiseaux ? Comptes-rendus sur site
Page lue 2284 fois