Articles

 ↑  
Visites

 708529 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

 ↑  
Recherche
Recherche
 ↑  
             

MP6.jpgMP6.jpg
             VACANCES_ORNITHOS_.jpg       
 
    QUELS DOSSIERS du FORUM ?

      
Ils peuvent concerner :

 
 7 - Un compte-rendu de voyage ornitho - "l'Islande":

                        
                 ISLANDE_-DM_W_.jpg
                                      ISLANDE
 ORNITHO

          CARTE_ISLANDE_.jpg
                                
                                 Du 12 au 29 juin 2009.
                                                                  
                                                                   Sylvain Houpert, Daniel et Monique Mauras
                                                                         Rédacteur du rapport : Daniel Mauras

 

                                                                              
                                                           Description du voyage au jour le jour

          
        Nouveau passage au lac Tjörnin pour une séance photo; le lac Elliðavatn à proximité de Reykjavik 
        le fjord Hvalfjörður ; Hof avec son lac en bord de la N54 ; le tour du Snæfellsnes avec les colonies
       d’oiseaux marins des falaises de Þufubjarg puis d’Ondverðarnes et le glacier Snæfellsnesjökull, le lac
       de Rif, l’étang de Tunga ; AJ de Stykkyshólmur.

       
       Après un petit déjeuner dans la cuisine de l’AJ, accompagnés par des chants de Grives mauvis et

       d’un Merle noir, nous décidons de revoir le lac Tjörnin pour y faire quelques photographies d’Eiders

       à duvet et de Fuligules milouinans ; malheureusement, le temps est gris et peu favorable à un bon

       piqué. Nous notons au passage un Sizerin flammé qui chante à gorge déployée sur le toit d’un petit

       immeuble voisin du lac. 

                           Lac_Tjrnin_a_Reykjavik_.jpg

 

                                                                                       Lac Tjörnin à Reykjavik

 

      Un arrêt au lac Elliðavatn en bordure de la N1, à quelques kilomètres de Reykjavik nous permet

      quelques belles observations sous une superbe lumière, dans un ravissant cadre champêtre où des

      amoureux de la nature ont installé leur chalet parmi des lupins bleus, des aulnes et des petits bouleaux; 

      le lupin, plante bien adaptée au climat islandais et capable de pousser sur un sol pauvre, a été semée

      un peu partout en Islande pour fixer les sols et embellir le paysage au moins au printemps ; de ce point

      de vue, c’est une réussite ; le bleu de la fleur est du plus bel effet et agrémente joliment bien des régions; 

      il paraît que des graines sont déversées par hélicoptère par endroits.

 
Plongeon_imbrin_.jpg    Plongeon_imbrin_.jpgPlongeon_imbrin_.jpg
                                                                                                                                                                                                      Plongeon imbrin

Plongeon_imbrin_en_mue_.jpgGuillemot_de_Troil_.jpg
Sternes_arctiques_en_accouplement_.jpg

     Nous notons des Pipits farlouses, un Plongeon imbrin Gavia immer repéré à son chant assez  étrange,
     superbe en plumage nuptial orné d’un magnifique quadrillage noir et blanc, des Harles 
huppés, un
     Phalarope à bec étroit qui cherche des insectes à quelques mètres sans se soucier de 
nous, des Bécassines
     des marais en vol et au sol, assez nombreuses, repérable à son chevrotement 
caractéristique produit par
     les rectrices lors des parades et son chant tout aussi caractéristique, 
des Oies cendrées, des Canards
     colverts et siffleurs, des Fuligules morillons et milouinans aussi 
nombreux que les morillons et des
     Chevaliers gambettes qui alertent à notre présence en tournant 
autour de nous pour bien indiquer qu’ils
     nichent dans le coin et que l’on ferait mieux d’aller voir ailleurs.

    Mais ils sont si nombreux que pour éviter de les inquiéter, il nous resterait bien peu d’espace.

    Je me fais piquer par un insecte indéterminé en pleine paume de la main droite ; il faudra une

    petite semaine pour faire passer le gonflement et les démangeaisons.
                 

Barge_a_queue_noire_.jpg
Barge à queue noire


    À cette époque de l’année, les femelles restent avec leur couvée vers les lacs Myvatn et

    þingvellavatn pour ne citer que les plus célèbres alors que les mâles descendent vers

    l’embouchure des torrents et rivières, jusqu’en mer, pour y former des groupements plus

    ou moins importants.

 

    Lors de quelques arrêts, nous observons des Bécasseaux violets Calidris maritima, des Barges

    à queue noire Limosa limosa islandaises, vraiment très rousses sur le haut de la poitrine,

    splendides en plumage nuptial, de nombreux Eiders à duvet, souvent des femelles avec des

    pulli et seulement quelques mâles, mais aussi un très grand rassemblement de mâles

    uniquement, de nombreuses Sternes arctiques, quelques Plongeons imbrins, toujours à distance

    sans en avoir l’air,des laridés, sutout des Goélands bruns et des Mouettes rieuses, des Chevaliers

    gambettes omniprésents, des Huîtriers pies, des Bécassines des marais, des Pipits farlouses, des

    Harles huppés, des Oies cendrées, un Guillemot à miroir, des Grands cormorans Phalacrocorax

    phalacrocorax et surtout des Harles bièvres Mergus merganser, deux mâles nuptiaux en compagnie

    de quelques femelles ; nous n’en verrons qu’une seule autre fois.

 

Chevalier_gambette_.jpg


Chevalier gambette

 

    Au cours d’un arrêt intermédiaire en bord de l’océan, nous observons nos premiers Plongeons

    catmarins Gavia stellata en Islande.

    Arrivés à Saurbær sur la N1, à l’entrée du Hvalfjörður (fjörður signifie fjord en islandais ce qui

    peut sembler évident), nous avons deux possibilités, soit prendre la digue qui court-circuite le

    fjord, soit en faire le tour ce qui fait un détour de cinquante kilomètres, mais très enthousiastes,

    nous optons pour le circuit long ; sans regret ensuite car ses bords offrent de beaux paysages

    insolites, de la toundra qui bute sur l’eau.

 

    Nous découvrons assez rapidement une des vedettes islandaises, deux Arlequins plongeurs

    Histrionicus histrionicus mâles dans leur extraordinaire habit de clown, avec démonstration de

    nage en eau torrentueuse et en vol.  

 

Arlequin_plongeur_mle_.jpg

Arlequin plongeur mâle 

 

    Sur la route N54, avant Hof, nous observons notre premier Grand corbeau Corvus corax, qui se

    révélera fréquent par endroits.

   Une observation attentive du lac de Hof nous fournit quelques belles découvertes : un Garrot à

    œil d’or mâle Buphala clangula alors que je suis venu pour le Garrot d’Islande Buphala islandica,

    dont le mâle est nettement différent par les dessins du dos et de la tête avec sa tache blanche en

    virgule inversée, des Grèbes esclavons Podiceps auritus (2+1+1), des Plongeons catmarins, un

    couple de Cygnes chanteurs, des Canards siffleurs parmi lesquels nous cherchons sans succès un

    Canard à front blanc, espèce américaine possible, des Oies cendrées, des Bécasseaux variables,

    des Grands gravelots, des Courlis corlieux Numenius phaeopus qui alertent en cerclant autour de

    nous en poussant des cris comparables à un hennissement de cheval, des Sternes arctiques et bien

    sûr des Labbes parasites qui tentent de leur voler leurs proies



Grand_gravelot_.jpg

Grand gravelot

    Après un assez long trajet, nous entamons le tour du Snæfellsnes, grande péninsule qui s’allonge

    vers l’ouest avec au sud le Faxaflói et au nord le Breiðafjörður ; à son extrémité un beau glacier,

    le Snæfellsjökull qui culmine à 1446 m, dont le sommet se perd souvent dans les nuages.

 

    Vers le phare de Þufubjarg, nous découvrons une assez modeste colonie d’oiseaux marins avec

    Mouettes tridactyles, Fulmars boréaux, Guillemot de Troïl Uria aalge, Guillemot de Brünnich

    Uria lomvia pas vraiment différent du précédent sauf des flancs non striés, un bec plus fort et à

    bout busqué et surtout un trait commissural blanc ; quelques Guillemots de Troïl de la « forme

    bridée » ont un fin cercle oculaire blanc prolongé d’un trait blanc en arrière de l’œil.


Guillemot_de_Brnnich_.jpg

                                                                             Guillemot de Brünnich

 

    Un peu plus loin, vers le phare d’Ondverðarnes, une autre colonie d’oiseaux marins, toujours assez
    modeste 
présente les mêmes espèces avec en plus quelques Macareux moines en mer. Dans la toundra
    environnante, 
des Pluviers dorés et des Bruants des neiges chantent tous azimuts alors que le soleil
    produit sur les nuages 
un arc-en-ciel du plus bel effet. Un Traquet motteux en vol se laisse deviner par
    son croupion blanc.


Bruant_des_neiges_mle_.jpg

       Bruant des neiges mâle


 

    L’étape suivante est le lac de Rif ; les Sternes arctiques envahissent l’espace ; elles sont partout ;

    il peut y en avoir des milliers, au-dessus du lac, dans les zones herbeuses autour du lac et même

    nombreuses sont celles qui se posent sur la route ou les chemins. Certaines d’entre elles s’accouplent

    à quelques mètres de la voiture.

 

Phalarope_a_bec_etroit_.jpg

 

                                                                                                                                                                  Phalarope à bec étroit

  
 Le spectacle est vraiment très beau mais il ne faut pas rester trop longtemps car les Sternes sont
    agressives et font mine de fondre sur nous par assauts répétés. Entre deux attaques, pas bien    
 méchantes, si ce n’est pour dire : c’est chez moi alors ouste, nous prenons le temps d’observer sur 
   le lac pour découvrir un couple de Sarcelles d’hiver Anas crecca, des Eiders à duvet bien sûr, des     Bécassines des marais toujours aussi démonstratives, des Chevaliers gambettes toujours aussi inquiets,
    des Barges à queue noire, des Fulmars boréaux et des Fuligules morillons. Dans le voisinage, des     Étourneaux sansonnets également.

 

Sternes_arctiques_en_accouplement_.jpg
Sternes arctiques en accouplement

Sternes_arctiques_en_accouplement_.jpgSternes_arctiques_en_accouplement_.jpg
Guillemot_de_Troil_.jpg
                    

                                                                              Guillemots de Troïl

     Quelques kilomètres plus loin, en allant vers l’est sur la N54, nous trouvons l’étang de Tunga qui

     recèle des Arlequins plongeurs, deux Goélands cendrés Larus canus adultes et encore des Eiders

     à duvet.

 

    Une observation en mer sur le Breiðafjörður nous permet d’observer un Phoque gris au museau bien

    allongé et encore de grands groupes d’Eiders à duvet mâles (plusieurs centaines).

    Nous rejoignons alors l’Auberge de Jeunesse de Stykkishölmur pour y passer une bonne nuit afin

    d’être en forme pour la visite de l’île Flatey le lendemain.

                  Le_Snoefellsjkull_.jpg

   Le Snoefellsjôkul

                                                                                       Daniel Mauras

 









Date de création : 11/08/2010 @ 12:00
Dernière modification : 04/08/2011 @ 08:07
Catégorie : - En quoi consistent les Dossiers du forum ?
Page lue 7994 fois